Lamborghini By kldconcept.com
Galerie Photos :
> LP 610 - 4 - HURACAN
> LP 750 - 4 - Veneno
> LP 7xx - 4 - Aventador
LP 720-4 - 50th Anniversario
LP 700-4 - Roadster
> Gallardo & LP 5xx
LP 570-4 Squadra Corse
Historic Models :
> Murcielago & LP 6xx
> Reventon
> Diablo
> Countach
> LM & Cheetah
> Jalpa & Silhouette
> Urraco
> Jarama
> Islero
> Espada
> Miura
> 350 GT & 400 GT
Concept Cars :
> ALL Concept Cars
Egoista - 2013
SUV Urus - Beijing 2012
Aventador Jota - Geneve 2012
More Photos :
> Modele de Course
> Valentino Balboni
> Events
> Ligne de Production
> Musée Lambo
> Photos en vrac
Techniques :
> Donnees techniques
> Histoire des modeles
> Historique de la marque
Social network :
- Video Youtube
- Facebook
- Tweetez @kldconcept
- News RSS
Telechargements :
> Video
> Skin ' s Winamp
> Screensavers
Autres :
Accueil
News
Forum
Newsletter
Liens Web
News sur votre site
Nous Contacter
Legal Disclaimer
Achats - Ventes :
Lamborghini Suisse
Zone Membre :
Compte

KLD Concept



  La saga Lamborghini
Catégorie : Historique de la marque
Ajouté le : 27.05.2005 08:44
Auteur : admin
Lectures : 5924
Commentaires : 0 [ Poster un commentaire ]
Note :  [ Evaluer ]

La saga Lamborghini


Comme il aimait le rappeler, Ferruccio Lamborghini était un "contadino" (un simple paysan). Il en possédait la robustesse et un solide bon sens, mais il aimait davantage les machines que la terre. Diplômé de l’Institut Technologique de Bologne, il va ensuite se forger une énorme expérience sur le terrain en rafistolant tout ce qui peut rouler sur l’île de Rhodes pendant la Seconde Guerre mondiale.




Un sens de l’improvisation mécanique


Mécanicien averti à son retour en Italie en 1946, il ouvre un petit garage dans sa ville natale de Cento. Dans un pays ravagé par la guerre, son sens de l’improvisation mécanique fait merveille et très vite, la petite affaire devient florissante. Il trouve tout de même le temps de fabriquer une culasse à double arbre pour doper le quatre cylindres des petites Fiat Topolino et s’engage aux Mille Miles en 1948 avec un petit spider de sa conception. L’aventure se terminera dans la salle d’un restaurant… malencontreusement placée dans la trajectoire ! Sa carrière de pilote est terminée. La renommée et la fortune emprunteront d’autres chemins…
Découvrant des stocks de matériels militaires à l’abandon, il décide de se lancer dans la construction de tracteurs agricoles et fonde sa première société en 1949. Dix ans plus tard, il occupe le troisième rang au niveau de la production nationale mais, il ne veut pas s’en tenir là et se lance alors dans le matériel de chauffage. C’est un nouveau succès qui double sa fortune ! Riche, il peut enfin assouvir sa passion pour les belles mécaniques et s’offrir ce que Jaguar, Aston Martin et Ferrari font de meilleur. Pourtant aucune de ses voitures ne le satisfait pleinement. L’une est bruyante, l’autre inconfortable et une autre encore freine mal. Même la Ferrari de ses rêves le déçoit. Insolent ou inconscient, il n’hésite pas à s’en plaindre à son illustre voisin de Maranello. Un véritable crime de lèse majesté aux yeux d’Enzo Ferrari. Comment ce parvenu, ce paysan, ce marchand de tracteur ose-t-il critiquer l’une de ses chères voitures rouges ? Impardonnable…



Vertement rabroué, Ferruccio Lamborghini décide de répondre à la provocation par la provocation en défiant Ferrari sur son propre terrain. Il décide de construire sa propre voiture de Grand Tourisme et de la doter bien sûr d’un moteur V12. Il assure seul d’énormes investissements et édifie dans la banlieue de Modène une usine ultra moderne. En juillet 1963,la plus jeune équipe d’ingénieurs du monde de l’automobile (24 ans de moyenne d’âge) se met au travail en toute liberté, encouragée même par le "Patron" à recourir aux solutions techniques les plus audacieuses, les plus sophistiquées et souvent les plus coûteuses.





La première 350 GT commercialisée en 1964 ne déclenchera pas l’enthousiasme bien que bourrée de qualités et c’est la fabuleuse Miura (la première GT de série à moteur central) qui créera l’électrochoc. Du jour au lendemain, le nom de Lamborghini est mondialement connu, inspire l’admiration et nourrit tous les fantasmes… L’euphorie sera cependant de courte durée.





La passion de Ferruccio Lamborghini s’émousse même s’il place encore la barre très haut avec la futuriste Countach en 1971. Quand elle entrera enfin en production trois ans plus tard, il ne sera plus là. La crise pétrolière, le chaos de la société italienne l’ont définitivement lassé et il a vendu sa société pour s’en aller produire des bons vins sur ses terres. La marque sombre alors dans le chaos. Mal gérée, l’entreprise est incapable d’honorer les commandes pourtant nombreuses et elle est mise sous contrôle administratif en 1978.





Elle sera sauvée en 1980 par les deux frères Mimran, des Français héritiers d’une importante société agro-alimentaire. Une nouvelle ère s’ouvre pendant laquelle la production de la Countach ne va cesser de croître grâce à son lancement sur le marché américain. C’est d’ailleurs des États-unis que viendra l’homme providentiel : Lee Iaccoca, le Président de Chrysler. Celui qui lança la Ford Mustang en 1964 n’a pas oublié ses origines italiennes et se prend de passion pour Lamborghini.




Rachetée par Chrysler, la marque lance en 1990 un nouveau modèle : la Diablo et entame une audacieuse politique sportive en F1. Là encore, l’embellie sera très brève. Iaccoca "démissionné", Chrysler en pleine crise… Lamborghini est abandonnée à son sort. Reprise par une société indonésienne aux mains de l’entourage du président dictateur local, la marque est bien près de sombrée avant d’être racheter par le groupe Audi. Ferdinand Piech, le Président avait semble-t-il de grandes ambitions pour la marque italienne, mais depuis près de trois ans, Lamborghini doit toujours se contenter de commercialiser la "vieille" Diablo.




Septembre 2001 .présentation de la Murciélago.1er Modèle de la collaboration du groupe AUDI .




au Salon de Detroit fin 2002 Lamborghini présente un très jolie concept-car Roadster basé sur la Murciélago




Mars 2003 au salon de Genève est dévoilé le second model la Gallardo un petit V10 de 500ch.







Le contenu de ce site Internet ("Lamborghini by KLD Concept"), y compris les textes, images et autres graphismes et leur disposition, sont soumis à une clause de copyright.